Comment solutionner la pénurie de maintenance ? Maintenance débordée ?

Mis à jour : oct. 21

Avez-vous assez de techniciens de maintenance ?

Etes-vous à la recherche de candidats ?


Nous voyons beaucoup d'usines qui cherchent, qui cherchent...


Au delà du salaire, des horaires, êtes-vous attirant ?

Avez-vous une organisation intéressante ou repoussante...


Nous avons de plus en plus de machine !

Nous avons besoin de technicien de maintenance...


Oui mais... il faut les payer, les manager, les motiver...


Nous n'allons pas ici négocier les salaires.

Mais nous pouvons parler de ce que l'on observe dans les usines, les ateliers.


Les organisations sont-elles faites pour former, émanciper les techniciens ? Sont-ils heureux dans leur environnement ? Les managers de maintenance sont-ils à la hauteur ? Et, que pensez des responsables de production ou des directeurs d'usine ? Connaissent-ils les contraintes et le métier ?


On est d'accord... le métier de la maintenance est assez ingrat.

Je casse... tu dépannes... !!

Pourrais-je donner mon avis ? Participer aux nouveautés ? Avoir du temps, des finances et de l'autonomie de temps pour faire des améliorations ? Ou allez-vous m'attacher au cahier de panne ou la GMAO pour abattre du dépannage ?


La maintenance est à la machine, ce que la médecine est à l'humain...

Et, en ces temps de covid, on comprend mieux son intérêt !

Quand tout va bien, bof... on peut diminuer son coût toujours trop élevé. C'est comme une assurance, quand tu n'as pas de problème, pourquoi payer ? La maintenance, la médecine, c'est une assurance, mais, elle a ceci de particulier que l'assurance tu n'es pas sûr d'en avoir besoin un jour, l'humain, la machine, il va falloir un jour s'en occuper !


La médecine et la maintenance, comment les motiver ?


La maintenance a besoin que l'utilisateur l'écoute, respecte son point de vue. Cela va de l'utilisateur opérationnel, au directeur d'usine. Ils doivent écouter un minimum les contraintes techniques. De la même façon, la patient doit écouter par moment son médecin...


La maintenance a besoin de pièces de rechange et d'outils. De la même façon, la médecine a besoin de sang et de respirateurs. Il leur faut le nécessaire pour intervenir et soigner. On prendra soin de mettre en place un magasin de pièce de rechange. On pourra faire attention à ne pas trop diversifier le matériel et les machines nouvelles, pour favoriser la standardisation !

Cela me fait penser à un outillage qui peut provoquer un 'débat'. Faut-il outiller chacun de ses techniciens de maintenance d'une perceuse / dévisseuse sans fil. Ben... ca coûte cher ! Ah, oui, mais combien c'est cher ? Ben, au moins deux cents euros voire trois ou quatre cents... Ah, d'accord, mais le technicien, il coûte ou vaut combien ? ben, trente mille euros. Ah, ok, alors arrête de me faire pleurer pour un outil qui ne pèse que un pour cent de ton technicien qui va te coûter dix ou vingt pourcent de manque de productivité et au moins trente pourcent de manque de motivation...


La maintenance a besoin de temps pour intervenir. Comme pour la médecine, il y a un moment ou tu ne feras rien d'autre que d'être sur le lit et attendre que l'on s'occupe de toi. La machine devra avoir des temps de maintenance, et ce n'est pas les temps que l'on préfère pour elle...


La maintenance a besoin de machines qui prennent soin d'elles, seules. Comme la médecine voudra avoir une population qui fasse attention, qu'elle se soigne, elle-même, pour les petit 'bobos', qu'elle évite son recours pour des événements bénins. Bien sûr, pour l'humain, on peut parler d'autonomie. Mais pour la machine c'est une autre affaire. Là, il faut que ce soit les opérateurs ou les conducteurs qui fassent de la maintenance de premier niveau. Deux axes, comme pour la médecine :

* Je corrige ou je soigne quand je suis en panne sans avoir recours aux professionnels (automédication - autodiagnostic)

* J'entretiens pour éviter ou corriger les petites dérives qui n'empêchent pas le fonctionnement ( je fais attention à mon corps / ma machine - sport - nettoyage - petits entretiens )

Notre maintenance doit être épargnée par les petits 'soucis', 'tracas'. On évitera la maintenance pour des arrêts d'urgence enclenchés, mais aussi pour des vannes fermées. Pire, on s'attachera à éviter de nommer 'panne' des manques de formation ou des erreurs de conduite...


La maintenance doit être organisée et productive... On parle beaucoup, aujourd'hui, de l'efficacité de la médecine et de sa bonne organisation. On aura, exactement, le même sujet en maintenance. Elle est, malgré tout, au service de la production. Elle doit être efficace et productive. Que dire... on voit de tout. En production et en maintenance, on a des 'barons' titre honorifique qui permet à son possesseur de faire ce qu'il veut. Et même de faire sa loi, de faire n'importe quoi sauf des choses utiles et/ou efficaces... On en rencontre dans presque toutes les usines ou ateliers. Sont-ils efficaces... oui... deux ou trois fois par mois ! Sont-ils néfastes... oui... deux oui trois fois par jour...


On pourrait débattre pendant des heures !


Mais, de toute façon, oui, il faut plus de techniciens de maintenance.

Et oui, il faut mieux gérer la maintenance...

logo codex yam officiel twitter.png

Abonnez-vous aux Newsletters

  • Facebook
  • Twitter